2

L’effet pervers des formats très courts type spin & go ou expresso.

table3_fr

Breaking News! Je me suis remis à jouer (un peu) au poker en ligne! Comme quoi il ne faut pas désespérer. Pourtant, j’étais arrivé un à gros level en matière d’absentéisme aux tables. Pour vous dire le niveau, j’en étais au point où je n’avais plus aucune room d’installée sur ma machine. Après avoir été un joueur assidu, comme rarement je l’avais été dans aucun domaine d’ailleurs (message spécial à tous mes profs de lycée), j’avais tout abandonné. Par manque de temps essentiellement mais pas seulement. J’en étais arrivé à une bonne grosse sensation de ras le bol aussi. Ce ras le bol, je l’avais d’abord attribué à la lassitude inévitable que l’on ressent dans toute discipline après des années de pratique relativement intensive. Pourtant, ma passion pour ce jeu demeurait intact. Pour preuve, le plaisir que je prenais à participer aux parties home game live. Ce n’était donc pas le poker en lui même que j’avais abandonné mais bien la façon dont je le pratiquais… Et c’est là que j’ai tilté. J’ai compris pourquoi je m’étais lassé. Ne pouvant plus y consacrer trop de temps, je m’étais tourné vers les nouveaux formats courts type spin&go, expresso etc. Or, ces formats sont certes fun mais il sont surtout addictif, très frustrant et dénués de tout intérêt technique. A enchainer quelques sit and go loterie, on s’épuise, on s’énerve, on se soule. Et on lâche. C’est probablement un des effets pervers les plus néfastes de ces formules inventées au départ pour attirer une nouvelle catégorie de joueur. Je ne sais pas si les rooms peuvent mesurer cet effet, mais je suis prêt à parier que ces formats contribuent à ruiner le poker en ligne.

Au mieux, ils convertissent (ces formats) le type qui n’y connait rien et qui est attiré par la cagnotte. En clair, un joueur de casino ou de loto qui a une très faible probabilité de devenir un joueur de poker. Surtout si sa première expérience du poker est précisément du type spin&go.
Au pire, ces formats dégoûtent le joueur amateur. Il faut dire que le mec qui se butait pendant des heures pour gagner 1,05 fois son buy-in, est vite tenté par ces sitngo qui promettent jusqu’à 10000 fois la mise initiale, en même pas 10 minutes de jeu. Et là, c’est le drame. Avec la promesse du gain rapide et mirobolant, arrive bad beat à répétition, frustration, énervement, addiction et donc dégoût.

Ce que je dis peut paraitre excessif et je vous concède volontiers qu’il ne faut pas en faire une généralité mais avouez que tout cela mérite réflexion. A l’heure ou le marché du poker est à limite de la mort clinique et où on déplore une fuite de joueur monumentale, il n’est pas inutile de se demander si les formats chatte/loterie créés en 2013, y ont contribué et si oui, jusqu’à quel point.

 

TheKing

Passionné de poker et d'internet depuis plus 10 ans, je suis le fondateur de pokerbastards.com et j'aime recevoir des tonnes de compliments alors n'hésitez pas à me contacter ou à me suivre sur les réseaux sociaux.

2 commentaires

  1. Grave je suis d accord avec toi. Ces formats sont mauvais pour le poker dans le sens ou tu es forcé de jouer des poubelles et donc de mettre des bad beats.
    C est neanmoins une avancee dans les variantes de formats. Sit n go, tournois, what else? cash game? rush poker? sit n go matrix ? de nombreuses innovations ont été créeer dernierement et cela pour satisfaire le plus grand nombre j imagine.
    Pour les expressos, je vois ca comme un moyen d arriver en TF d un tournoi instantanément si on a un peu —–beaucoup- de chatte.

Laisser un commentaire