Les joueurs de cash game bien meilleurs que les joueurs de tournoi?

Quand j’ai écrit mon article sur les récents propos de Basil Yaiche, je ne pensais pas faire réagir à ce point la communauté poker. Entre 3 crachas et 2 jets de pierre, j’ai quand même eu quelques commentaires compréhensifs. Mais globalement, je me suis fait démonter, particulièrement par les amis de Basou, comme par exemple Ilan Boujenah.  Mais derrière les élans passionnés, j’ai quand pu entrevoir un vague fond de débat qui mérite qu’on s’y attarde.

Quand j’ai osé parler des résultats de tournoi live pour pondérer l’excès d’enthousiasme de Basou sur ses capacités et celle de Benyamine,  on m’a dit que je n’y connaissais rien au poker et qu’en aucun cas, on pouvait comparer un joueur de cash game avec un joueur de tournoi. En fait un joueur de tournoi, c’est un chattar. Et pour peu qu’il ait une tripoté de lignes thehendonmob, c’est juste qu’il joue tellement de tournois qu’il finit inévitablement par faire des perfs. Certes. Ce n’est pas totalement faux. Un joueur moyen peu espérer gagner un gros tournoi une fois dans sa vie si le dieu poker a décidé de concentrer toute la chatte du monde sur sa pomme. C’est ce qu’on peut appeler un “Jamie Gold”, vainqueur des WSOP 2006.  Mais quid des joueurs qui enchaînent les performances à coup de deeprun et de TF. Ce n’est peut-être pas un hasard si c’est eux dont on fait des superstars?

Certains “théoriciens tendance math-sup/math-spé”, (ceux qui aiment débattre de l’opportunité de relancer à 2.18887 BB car c’est plus optimal que 2.18889 sur un échantillon de 3.000.000 de mains), finissent même pas dire qu’un gros gagnant de NL200 online, de nos jours, est sûrement supérieur techniquement à un elky.

Je vais vous laisser en débattre. Je pense que c’est le genre de sujet qui peut animer vos soirées poker. Personnellement, je ne suis pas d’accord… mais je vous dirai pourquoi plus tard ;)