7

Peut on gagner sans bluffer?

Quand  on parle de Poker à un néophyte, le premier mot qui sort généralement de sa bouche c’est “bluff”. Le poker y est associé, lié mais c’est loin d’être la chose la plus importante. Le poker est finalement plus un monde de mathématique que de bluff même s’il peut sembler impossible de jouer sans pratiquer l’intimidation et la ruse. Un bon joueur de poker ne bluff pas souvent. Il bluff à bon escient. Mais est-il possible de jouer et de gagner sans jamais bluffer? Je me suis posé la question et j’ai décidé de tester.

Comment j’ai procédé?

J’ai joué 2 sit n go (sur full tilt). Avant le flop, tout est permis car on ne peut pas parler de bluff. J’ai appliqué une sélection plus ou moins stricte des mains, mais je me suis permis de rentrer dans des coups avec des mains “marginales” quand, par exemple, j’avais la cote pour.

Après le flop, c’est une autre histoire. Pas de bluff signifie, pas de continuation-bet! Je me suis également interdit de payer des relances quand je n’avais pas touché au flop. Pas moyen de faire de semi-bluff si jamais j’étais sur un tirage ou une couleur par exemple. Si j’étais premier de parole, je ne misais que si j’avais touché et bien sûr, je ne faisais pas de coup du type check-raise. Si j’avais une main, je devais miser! Quand je touchais une paire, je m’autorisais un call ou un c-bet postflop et plus rien si je ne touchais pas au turn. L’objectif était supprimer toute forme de feinte ou de risque, bref de bluff!

Premier constat, j’ai perdu les 2 sit n go. Bien sûr, ça ne veut pas dire que je les aurais gagné normalement mais ça ne promet rien de bon ;).  Plus intéressant, le déroulement des coups se retrouvent profondément modifiés par cette ligne de conduite. Voici quelques exemples:

main#1, je suis en BB avec  [Jc Td]. Je complète une relance du cut-off et le flop tombe [8s 4c 9h]. Dans ce cas, habituellement, soit je miserais d’entrée soit je tenterais un check-raise. Mais sans bluff, pas question, je me contente donc de check en espérant que mon adversaire fasse pareil. Mais il mise et je sis contraint de fold.

main #2 je suis en SB et je touche [8h 9h] et je paye une relance du joueur UTG+1 qui est suivi par le cut-off. Le flop tombe [6d 7h 5d]. Les nuts! Mais je m’interdis toute ruse et je mise d’un peu plus de la moitié du pot. Je suis payé par un seul joueur. Un As arrive au turn. J’envoie un 2eme barrel et mon adversaire fold. Une main clairement pas optimisée!

main #3 je suis au bouton avec [Qh 9h], je limp, on est 4 dans le coup. Le flop: [Ac Kh 8h]. Une relance d’un joueur avant moi me fait fold. J’aurais normalement payé ou relancé dans cette situation.

Finalement après quelques coups sans jamais relancer faute de toucher des flops (normal!), mon stack fond comme neige au soleil. Il reste 5 joueurs quand je touche [Jd 7c] en SB. Tout le monde limp, ce qui m’offre une cote trop belle pour ne pas payer! Flop: [Jh Ts 8d]. Toujours selon ma règle de conduite, je me dois de miser avec mon valet. Ce que je fais pour un montant des 2/3 du pot. Tout le monde se couche… sauf un joueur qui me relance à tapis. Je paye et il montre [Jc Th] qui tient jusqu’au bout et me sort.

Bilan

Le bluff est bien un élément essentiel du poker. Sans lui, impossible de monter des stratégies élaborées et le jeu en devient tout suite très ennuyeux. C’est certainement ce qui m’a le plus surpris: on perd beaucoup de plaisir à jouer sans bluff. Une des autres conséquences fâcheuses est que ça vous rend transparent pour vos adversaires, qui s’aperçoivent vite que vous ne jouez que quand vous avez une main. Difficile dans ces conditions, d’acculer les jetons à moins d’une rencontre entre 2 grosses mains, ce qui est rare.

Pour autant, c’est un exercice que je vous conseille de faire car il vous montre aussi que le bluff peut et doit être utilisé parcimonieusement, c’est le meilleur moyen pour le rendre très difficile à détecter et donc efficace.

TheKing

Passionné de poker et d'internet depuis plus 10 ans, je suis le fondateur de pokerbastards.com et j'aime recevoir des tonnes de compliments alors n'hésitez pas à me contacter ou à me suivre sur les réseaux sociaux.

7 commentaires

  1. Très intéressant. Et je dois dire que je n’aurais sans doute pas tenu la durée des 2 SNG en maintenant ce style de jeu. On est tellement “conditionné” à jouer agressif.

    A mon sens, la difficulté de ce genre de test, c’est que dans certaines situations, il sera très difficile de discerner une mise en bluff d’un value bet thin, par exemple. Peut-être en partie car on raisonne en terme de range et pas de main précise.

    En d’autres termes, on a tellement intégré la fold equity à nos schémas de jeu qu’on a parfois du mal, maintenant, à discerner l’équité d’une main hors-FE. C’est le cas des semi-bluffs, mais pourquoi pas aussi d’une main moyenne comme TP low kicker…

    J’ai répondu un peu à chaud, mais je serais curieux de connaitre d’autres réactions sur ce sujet.

  2. Interessant même si 2 sng n’est pas forcement suffisant comme echantillon de test. Enfin la démarche est correcte et interessante tout comme tes conclusions de cette petite experimentation.

    Dans le même genre, il y a : “Peut on gagner sans relancer ?”.

    Au fait, ca a donné quoi à Cabourg ton sat ?

  3. En même temps, je considère le cb même pas comme du bluff :)
    En plus tu n’est pas dans une logique de 0 bluff tu es dans une logique de miser uniquement avec quelque chose, si slowplay, ni piège tendu à tes adversaires.

    Plus que le 0 bluff on est dans un jeu totalement stéréotypé où le seul moyen de gagner un coup est que l’adversaire ait une bonne main mais qui soit battue.

  4. Bj,

    Le sujet est intéressant.
    “Peut on gagner sans bluffer?”

    Moi, je réponds oui !

    Je sais, je vais choquer. Mais jouer sans bluff comme tu l’as fait n’est mathématiquement pas correct. Si tu as un tirage, tu as des chances de gagner, donc miser ! Miser, oui ! mais en fonction de la probabilité de gagner… Ce n’est pourtant pas du bluff, mais simplement un calcul d’espérance de gain. Or toi, tu es interdit de miser. C’est à dire que tu as restreint ton joue qu’aux jeux fait floppé ! Et là, c’est pas vraiment possible de gagner assez souvent pour amasser des jetons…

    Très simplement, si tu as un tirage quinte par les 2 bouts, et donc presque surement sans être battu, tu as environ p=8*4=24% de gagner. Or, en calcul simplifié toujours, tu devrais miser M=p/(1-p)*Pot… ceci serait rentable à long terme…

    Bon, je ne vais pas développer plus, mais ta ligne de conduite ne respecte pas mathématiquement ce que tu aurais dû faire. Normal, que tu n’as pas rencontré de succès, d’autant que tu as joué trop peu…

    Je rajoute, jouer sans bluffer peut-être rentable, mais pas optimum. La rentabilité vient des adversaires qui ne jouent pas correctement dans la majeur partie du temps. Par contre, s’ils venaient à jouer correctement, alors le bluff devient nécessaire. (voi the mathématics of poker de bill chen). En gros, pour faire simple, tout dépends du niveau des adversaires.

  5. De toute manière au jour d’aujourd’hui vu le niveau et le nombre de boulet qui payent tout avec tout, difficile de bluffer

Laisser un commentaire